Fire Emblem : Awakening, the king rises

Title

« Chrom, prince d’Ylisse, et ses compagnons vivent dans une époque difficile. Quand la nation voisine de Plegia commence à agir de manière mystérieuse et étrange aux yeux du prince, celui-ci décide de réunir ses soldats, les Veilleurs, pour maintenir la paix dans son royaume. »

Il est rare de constater des jeux sans défaut. Il y a toujours un petit quelque chose à reprocher. Un soucis de caméra, une feature qui manque de finition et tant d’autres exemples possibles. Or, Fire Emblem : Awakening fait parti de cette catégorie de jeu pouvant se glorifier d’être une sorte de modèle idéal. Un archétype atteignant la perfection dans tous les compartiments. Un chef d’oeuvre absolu tout bonnement sans défaut. Je voulais le mentionner dès le début, et poser les bases d’une critique qui se vaudra infiniment élogieuse d’un jeu auquel j’ai un profond sentiment de respect, tant celui m’impressionne dans les aboutissements qui le définissent de la première à la dernière seconde de sa campagne, de son gameplay au dosage méticuleux et exceptionnel mais aussi dans sa conviction de survivre.

bild_1

Disons le franchement, je ne suis pas familier avec les RPG Japonais et plus particulièrement les jeux à la direction artistique et aux designs fantaisistes dans le style Final Fantasy, pour citer le plus évident. Je pense que fondamentalement, ce n’est pas nécessairement leur DA qui me pose des barrières mais plutôt leurs gameplay casses-têtes avec leurs multiples combinaisons à ci-perdre. Je n’arrive pas à accrocher. Je trouve ça redondant et trop mou. Mais étrangement, la pilule passe sans fioriture avec les jeux de la série des Fire Emblem. Je crois que c’est l’aspect RPG Tactical sous la forme de jeu d’échec qui me plaît ici. Plus simple, même si la dimension stratégique est remplie de subtilités et ironiquement plus dynamique pour un jeu plus ou moins figé les 3/4 du temps lors des phases de déplacements. Or, tout s’enchaîne d’une vivacité et d’une facilité déconcertante, et sans temps mort. A posteriori, il est évident que les RPG à temps réel comme les derniers Final Fantasy sont totalement différents d’un RPG Tactical de la veine d’un Fire Emblem. Ce rapprochement me permet simplement de mettre en évidence le fait que Fire Emblem est une série d’exception totale pour moi, étant le seul et véritable RPG dont je bénis les Devs qu’il soit né, alors que j’en ai strictement rien à faire du genre habituellement. C’est pourquoi, Fire Emblem est un jeu à part dans ma ludothèque, et surtout sensiblement unique. J’y vouerais presque un culte, tant j’ai du respect pour son concept et ses aboutissements à tous les niveaux.

fire-emblem-awakening-release-date-dlc-news-1

Dans l’opus Awakening, on retrouve dans la globalité l’héritage des mécaniques traditionnelles de la série. En effet, les grandes lignes sont les mêmes que dans les opus précédents. Des petits guerriers se déplacent sur une map découpée en case. Le nombre de déplacement étant relatif suivant la classe des personnages. Le but sera, la majeure partie du temps, d’éradiquer tous les adversaires en les attaquants tout en prenant en compte les forces et les faiblesses de chacun, ceci étant un élément essentiel pour venir à bout des missions. Ce qui en découle, une cinématique de combat on ne peut plus classe et l’apport d’expérience faisant croître le level ainsi que la puissance des personnages. De plus, de nouvelles mécaniques de gameplay alléchantes sont introduites dans cet épisode, comme l’excellent système de duo. Par exemple, si vous attaquez un ennemi tout en ayant un partenaire à vos côtés, soit une case de distance ou bien en ayant formé un binôme, celui-ci prendra part au combat. Il apportera son aide soit en vous octroyant un bonus de performance et dans les meilleurs des cas en attaquant ou en repoussant l’attaque adverse. Ce système sera plus ou moins efficace selon l’entente relationnelle entre deux personnages symbolisée par une note améliorable au fur et à mesure du temps qu’ils combattent ensembles. Dès lors, les combats gagnent indéniablement en stratégies tout en restant relativement accessibles, ce qui est fort appréciable pour ceux voulant profiter d’une expérience poussée et les autres, les plus novices d’entre nous.

Le système de combat est par conséquent archi complet, et accorde la possibilité aux joueurs d’élaborer des stratégies poussées, requises si vous voulez vous confronter au mode difficile. Je conseille d’ailleurs de retirer l’option des morts permanentes de vos personnages, beaucoup trop frustrante même si elle apporte un gain d’intérêt pour les plus sadomasochistes d’entre-nous, et commencer la campagne en mode difficile pour égaliser la balance et atteindre un équilibre parfait dans la difficulté. Captivant si évidemment, on prend la peine d’organiser les inventaires, d’acheter les armes adéquates aux classes des personnages et en étant un minimum préoccupé à créer des liens entre ces derniers, en ne laissant surtout pas côté le système de conversation fort sympathique et utile. Une manière de jouer, de mon avis, absolument indispensable pour pouvoir profiter de l’expérience d’Awakening à son optimum.

fire-emblem-awakening-nintendo-direct-trailer-10-25-2012-news.0_cinema_640.0

Globalement, l’histoire, assez convenue mais efficace et prenante, se résume à des successions de conflits géopolitique entre plusieurs régions. Nos héros seront embarqués dans un destin funeste semblant inexorable, que nous allons suivre à travers notre avatar créé en début de jeu. D’autre part, les dialogues, tantôt sérieux et certaines fois comiques, constituent un atout surprenant comblant les quelques lacunes et ficelles scénaristiques. Ils sont en nombres conséquents et la majorité est extrêmement bien écrite, quel que soit le ton qu’ils empruntent. Les personnages entretiennent de ce fait un grand nombres de conversations, obligatoires et annexes, permettant de faire évoluer les relations entres eux. Car dans Awakening, il est tout à fait envisageable de caser un personnage avec un autre via un système de romance. Une vraie maison close. Une option non négligeable, car une fois un couple formé, ceux-ci auront un enfant avec des capacités extrêmement puissantes en combat. En outre, l’immense majorité des personnages que vous allez recruter, et ceux dont vous possédez dès le départ sont extrêmement attachants dû fait d’un character design très attrayant visuellement. Chrom et Lucina en tête, ça transpire et dégouline de classe.

HD008

Le titre est visuellement une petite merveille. Les cinématiques sont excessivement belles pour de la 3DS, et le jeu se révèle très agréable à l’oeil in-game. La 3D ajoute un réel gain de profondeur lors des phases de déplacements. Pour tout dire, Awakening est le seul jeu avec A Link Between Worlds où la 3D est constamment active car le level design s’y prête à merveille, la perspective du dessus étant l’explication, ce qui mérite d’être signalée tant cette technologie paraît secondaire, voire désuète dans la plupart des jeux disponible sur la console. Pour finir, il était fondamental qu’Awakening se devait de possèder une OST à la hauteur de son contenu exceptionnel. Or, ce n’est pas le cas. Parce que celle-ci surpasse tout le reste en terme de qualité, ni plus ni moins. En résulte, un aspect sonore d’une réussite totale, avec des musiques royales et somptueuses. L’une des plus belles OST dans un jeu vidéo à mes yeux, tout simplement.

Fire Emblem : Awakening est la symbiose parfaite d’un contenu se révélant être chronophage et sans le moindre défaut apparent dans tous les domaines possibles. Un triomphe impérial, pour une licence qui a bien failli rendre l’âme après cette opus, faute de ventes suffisantes dans le passé. Ainsi, une responsabilité d’autant plus grande sur ses épaules qu’il se devait d’assurer la pérennité de la série avec de bonnes ventes. C’est chose faite, confirmant enfin un succès auprès du public et surtout frappant la critique de pleine face. La reconnaissance d’un roi s’élevant telle une légende à une place qu’il lui revenait de droit. En définitif, une oeuvre magistrale de bout en bout, d’une durée de vie abyssale, atteignant sans mal le panthéon des plus beaux chefs-d’oeuvre qu’aient connus le jeu vidéo.

Bannière-critique

Publicités

15 réflexions sur “Fire Emblem : Awakening, the king rises

  1. Entre ce jeu et SSB, j’ai grave envie de m’acheter une 3DS !

    Sinon article sympa et agréable à lire. Décidément, si ton blog a peut être pas la même profondeur que l mien, je l’aime beaucoup. Faut te trouver un réseau pour te faire de la pub !

    J’ai noté deux ou trois fautes comme a la fin ( qu’ait connu ) mais rien de bien grave.

    J'aime

    • La 3DS est certainement, avec la WiiU dans quelques mois, la console te garantissant la masse de jeux absolument géniaux. En bref, tu ne peux t’ennuyer avec.

      Merci c’est sympa. J’ai clairement pas l’intention de pousser des analyses de hautes volées, mais j’espère m’améliorer et écrire des trucs biens clean et agréables.

      Désolé, j’ai fait qu’une brève relecture en diagonale de l’article. je vais aller corriger ça.

      J'aime

    • Trouvable à 43 euros sur Amazon. Etant le meilleur jeu de la console, c’est pas une arnaque. Loin de là. Après tu peux trouver des prix plus abordables sur Le Bon Coin.

      J'aime

      • Cet épisode risque de devenir cher oui, mais peut-être moins rare que les précédent tout de même, puisqu’il s’est vendu largement plus.

        J'aime

  2. Je jouerai un jour à ce jeu, quand j’aurai terminé tous ceux que j’ai commencé, j’ai le temps donc. En tout cas tu m’as donné envie de le faire 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s